Crédit Photo: G. COEFFE                                                                  Crédit Photo: D. MALABARD

 

                 Crédit Photo: C.DIJOUX                                                                   Crédit Photo: G. COEFFE

 

 

Surprises des plus agréables lors du dernier rallye de La Vienne avec le retour de deux personnages qui ont marqué en Poitou-Charentes.

Commençons par le plus ancien, soit Alain Desnoyer. Alain avait plus ou moins quitté la course en 2007 suite à des problèmes de santé. Mais le démon de la course était toujours bien présent. Pour ne pas perdre la main (et la motivation) il donnait un coup de main à quelques copains. Et puis, et surtout, il suivait sa fille Alexia, (copilote reconnue), depuis ses débuts à l’âge de 16 ans. De quoi gamberger. Il n’en fallait pas plus à Alain pour relancer la machine. Et c’est avec un autre revenant, Loïc Chatillon (qui n’avait pas roulé depuis 10 ans), que A.R.L. a refait surface avec une 206 Xs. «J’ai un peu souffert, car après 10 ans sans rouler, il m’a fallu retrouver mes marques. Mais avec mon fils Mattéo, qui faisait sa première course, on y est arrivé. Et de plus en remportant de haute lutte la victoire en A6K. Il nous tarde de remettre le couvert » déclare Loïc. Une victoire qui bien sur fait grandement plaisir à Alain, qui propose deux 206 A6K à la location, que ce soit sur l’asphalte ou la terre. « J’aimerai bien m’investir dans une formule de promotion avec un jeune » enchaine Alain.

Retour en fanfare aussi de Mickaël Faucher sur une Skoda Fabia R5. Souvenons-nous, le rallye de Saintonge 2016, où Mickaël qui pilotait une Subaru WRC, a vu bruler entièrement cette dernière sans rien pouvoir faire. Un très très dur moment pour Mickaël, qui n’a rien oublié. Mais là aussi, la passion de la course a été la plus forte. Pourquoi revenir avec cette Skoda ? « C’est une auto fiable et performante, qu’il faut que j’apprenne à utiliser à 100%. Pour m’aider, j’ai Vincent Dupont, un ingénieur qui connait très bien cette auto, avec laquelle je vais participer à 8 épreuves du championnat de 2e division ». Avec le titre pour objectif ? « On verra … ». Après des débuts que Mickaël qualifie de dur-dur, il n’a pas tardé à montrer qu’il apprenait bien et vite, comme en témoignent ses chronos, et sa seconde place sur le podium derrière Nicolas Hernandez. Pas de doute, la ligue « Poitou-Charentes », non Nouvelle Aquitaine Nord (jusqu’à quand ?) possède quelques pointures de haut niveau.

                                                                                               Gérard Coëffe 

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts.